Comment développer ses compétences quand on est cadre ?

Souhaitez-vous développer vos compétences professionnelles ? Cela vous permettra de vous tenir informé des nouveautés dans votre domaine, d’accroître le champ de vos savoirs et de devenir un meilleur cadre. Si vous vous demandez comment vous y prendre, on a répertorié dans ce billet quelques pistes de solutions pour vous faciliter la tâche.

Exécuter un bilan objectif de ses compétences

On ne peut pas soigner un patient sans connaître la maladie dont il souffre. De la même manière, vous devez chercher à savoir les aspects de votre domaine de compétences qui nécessitent un renforcement particulier. Effectuez un examen sans complaisance de vos savoir-faire. Trouver ses propres faiblesses n’est pas toujours une tâche aisée. Pour y arriver, reconsidérez les missions que vous avez accomplies avec le moins d’efficacité dernièrement. Mettez à contribution des collègues qui pourront vous suggérer les points sur lesquels vous ne donnez pas le meilleur de vous-même.

Optimiser son organisation pour dégager un supplément de temps

Une fois vos faiblesses identifiées, il reste à trouver le temps nécessaire pour acquérir les nouvelles compétences afférentes. Contrairement au sentiment partagé par un grand nombre de professionnels, il est facile de générer quelques heures supplémentaires à consacrer à ses travaux personnels. Commencez par éliminer les occupations inutiles qui vous volent des dizaines de minutes au quotidien. Efforcez-vous d’être mieux concentré sur vos tâches. Et vous verrez des heures voire quelques jours se libérer comme par enchantement.

Miser sur la formation continue

La formation continue peut prendre la forme d’un cursus à distance que vous pouvez suivre en vous inscrivant dans un organisme adapté. Mais certains établissements comme Sciences Po proposent des formules d’enseignement où la présence du professionnel est réduite au minimum. Cette solution s’impose quand la compétence concernée ne peut s’acquérir qu’à la faveur d’une formation de grande envergure. Il vous suffira d’adopter le système et la formation adaptés à vos besoins pour perfectionner vos talents.

Mettre à profit les conférences et les séminaires

Pour des compétences qui n’exigent pas une inscription à un programme universitaire, vous pourrez exploiter la formule des conférences et des séminaires. Il peut s’agir de la maîtrise d’un nouveau logiciel ou d’un concept nouvellement apparu et qui révolutionne votre domaine. Afin d’acquérir ces connaissances, choisissez un séminaire qui y est spécifiquement dédié. Mais ne vous laissez pas séduire par les sirènes des conférenciers de qualité médiocre qui pullulent sur la toile. Menez des investigations, lisez des avis et faites-vous votre propre opinion avant de vous décider.

Intégrer des groupes de réflexion

Les ennuis que vous rencontrez peuvent-ils être résolus juste par l’aide d’un professionnel du même domaine que vous ? Là, vous n’avez pas besoin d’investir dans une formation. Inscrivez-vous sur les forums professionnels orientés sur votre thématique. Certes, il y en a de moins en moins depuis l’avènement des réseaux sociaux. Mais il en existe toujours. Cherchez et vous en trouverez. Sinon, regardez du côté des groupes de partage dans les communautés virtuelles.

S’abonner à des revues spécialisées

Vous possédez la quasi-totalité des connaissances indispensables pour exécuter correctement vos missions. Mais vous tenez à vous informer des nouvelles idées qui émergent et feront peut-être l’objet d’une prochaine révolution dans votre domaine. Alors, abonnez-vous à des revues spécialisées. Avec le Web, des formules numériques existent désormais. Elles présentent l’avantage d’être pratiques et financièrement accessibles. Mais rien ne vous empêche de vous abonner à une revue papier classique.

Comme vous vous en rendez compte, diverses solutions s’offrent à vous si vous voulez pousser les limites de vos connaissances dans votre domaine professionnel. Choisissez celle qui convient à votre situation actuelle et devenez un cadre performant.

Comment se préparer au concours de Sciences Po Paris ?

Le taux de réussite d’entrée aux concours des IEP (Institut d’études politiques) s’élève à 12 %. Il s’agit donc d’être bougrement bien préparé pour réussir ce challenge. Plusieurs établissements peuvent vous aider dans cette démarche, dès la 1re, en Terminale et après le Bac.

L’option Sciences Po

Près de 60 classes de prépa littéraires proposent une option complémentaire pour préparer l’entrée aux IEP. Ces écoles offrent de 6 à 8 heures d’études hebdomadaires supplémentaires. Cependant, il faut savoir que les étudiants qui optent pour ce complément d’études se ferment les portes de Sciences-Po Paris, puisque cette institution recrute uniquement ses étudiants en classe de Terminale.

Que lire pour bien se préparer ?

En premier lieu, vous aurez à lire la presse quotidienne, mais également des mensuels davantage spécialisés sur l’actualité des débats culturels, tels que « Philosophie magazine », « Sciences humaines » ou « Books ». Ces trois magazines de grande qualité sont bien écrits, accessibles et ambitieux. Quelques ouvrages dits de « culture générale » vous seront également bien utiles. Parmi les innombrables titres disponibles, vous devrez privilégier ceux qui mettent en avant le sérieux et la rigueur universitaire. Un bon manuel doit définir d’une manière précise les notions utiles et être ancré dans une ouverture d’histoire des idées. En voici quelques-uns :

  • La Culture générale à Sciences Po
  • Leçons particulières de culture générale
  • Les 100 mots de la Culture générale
  • Cours familier de philosophie politique
  • Naissances de la politique moderne : Machiavel, Hobbes, Rousseau

Le manuel de référence

Il existe également un ouvrage « tout-en-un » qui recueille toutes les informations nécessaires aux étudiants à leur présentation au concours d’entrée de Sciences Po Paris, il s’agit de La Bible Sciences Po Paris. On y trouve une présentation détaillée des épreuves, les consignes pédagogiques, les méthodes à appliquer, les rapports de jurys, les corrigés de sujets blancs ainsi que des annales. Ce guide est assez complet et comprend plusieurs « trucs et astuces » permettant de réussir le concours.

Stages et cours du soir

L’institut PGE-PGO (Préparation aux grandes écoles – Préparation au grand oral) propose des cours du soir ainsi que des stages de préparation. Concernant les cours du soir, les étudiants doivent faire preuve d’une forte motivation car il n’est pas facile de quitter son travail ou ses cours pour reprendre en soirée des études auxquelles viendront s’ajouter plusieurs heures de travail personnel. L’institut propose également des stages de préparation durant les vacances scolaires, en hiver, printemps et été. Ces stages peuvent intéresser notamment les élèves de Première, avant qu’ils n’entrent en Terminale. À cet effet, vous trouverez des informations complémentaires sur le site https://www.pge-pgo.fr.

Les préparations en ligne

Le CNED (Centre national d’enseignement à distance) propose également une préparation en ligne sur leur site http://www.cned.fr. Cette préparation peut aider certains étudiants ne pouvant pas se déplacer à réussir le concours d’entrée de Sciences Po Paris.

Se préparer en solitaire

Bien que cette solution soit la plus économique et fonctionne pour certains étudiants, elle n’est réservée qu’aux meilleurs. C’est-à-dire à ceux qui possèdent les facultés de se motiver et de travailler en solitaire. Pour eux, les annales des concours, dont il est possible de disposer sur les sites internet des IEP, leur seront d’une grande utilité.

En résumé

Quelle que soit la manière choisie de vous préparer, optez pour la solution la mieux adaptée à votre niveau de connaissances et à vos méthodes de travail, mais également à votre tempérament. Ainsi, il se peut qu’un stage d’été vous suffise plutôt qu’une préparation annuelle. Un dernier conseil : n’essayez surtout pas d’associer une préparation à Sciences Po à une année d’études universitaires, vous risqueriez de gâcher les deux.

 

TOP 10 des meilleures formations dans le paramédical

Le besoin de personnel dans le paramédical se fait de plus en plus ressentir aujourd’hui. Des millions de personnes travaillent ainsi dans ce domaine et chaque année, la fonction publique et le secteur privé recrute des dizaines de milliers dans cette filière. Découvrez ici les dix meilleures formations dans le secteur du paramédical.

Tout ce qu’il faut savoir pour devenir conducteur de taxi

Les conditions du métier

Un prétendant conducteur de taxi doit savoir en premier lieu que ce métier est difficile. Les horaires sont maléables et parfois compliqués, avec par exemple des horaires de nuit. Il doit être très stratégique en se positionnant dans des lieux où il aura l’assurance de trouver des clients facilement et en connaissant son périmètre de travail sur le bout des doigts.

Continuer la lecture de « Tout ce qu’il faut savoir pour devenir conducteur de taxi »